2010 - 2013 Qatar, Bali, Malaisie, Bahrain, Oman, Australie......Nouvelle Zelande, Vietnam, Chine,

Cérémonies et offrandes à Bali

 

 Offrande

sur le sol      


  

Sur le marché

Matériel pour

les offrandes

Offrande sur le mur

de notre terrasse

Offrande 

sur le sol

Corbeille

d'offrandes

 

Un masque de Barong

Symbolise le Bien

Préparation d'offrandes

Avant le mariage,

Atelier "Offrandes"

 En attendant la suite

de la cérémonie !! Il joue

au "sable"

 

 

 


Publié à 01:06, le 18/09/2010, dans Bali, Padangbai
Mots clefs : offrandesceremoniesRituels Balinaisplage
.. Lien


En route pour la noce .... et comment j'en finis la photographe officielle !

 

Lever 6 h15.... Maquillage aux premières lueurs du jour !!!

Nous enfourchons notre fougueux destrier vers 8 h... Et nous sommes beaucoup trop tôt sur place. Ce qui me donne l'opportunité de voir les lieux décorés avant l'arrivée de tous les invités !


La mariée parle coréen et est guide.

Elle a appris le coréen à Bali pendant un an et travaille depuis 5 ans. Elle a 28 ans.

Sa coiffure a nécessité 1 heure de travail. Elle est levée ainsi que son promis, et sans doute de toute la famille  depuis 4 h du matin !


Le marié a 29 ans, il travaille dans le commerce des bijoux en argent.


Les mariés ont loué leurs costumes et pour un jour, ils  incarnent les héros du "Ramayana"

 

 Pas de cérémonie à Bali sans "gamelan" - Tous les instruments d'un même "orchestre" ont été fabriqués par le même artisan et on ne peut pas intervertir des instruments d'un orchestre à un autre.

 

La mer est à la porte. Nous sommes dans un village de pêcheurs plutôt pauvres.

Les habitants se sont donc regroupés pour payer la venue du "Paddhu" qui officie pour plusieurs cérémonies.

Pour les enfants, cela a lieu en général  à un peu plus de 3 mois, mais cela peut être retardé, faute de moyens


Mariage à PENGALON -Padang Bai Bali 2010 - diaporama flash
 
Le grand père de la mariée avait 5 femmes, dans des maison différentes... Mais du coup, pour la mariée et sa soeur, cela donne un grand nombre de "tantes" !
 

Le rituel du mariage

Vivaha : la célébration du mariage selon la coutume hindoue constitue un grand événement qui nécessite une grande préparation. La cérémonie et les célébrations peuvent durer jusqu'à trois jours. Le mariage est une union tant entre familles et qu'entre un homme et une femme.



Le rituel du mariage comporte trois significations particulières :

- Celle du rituel sacré qui bénie la mariée et son époux afin qu’ils aient une descendance capable de dévotion envers Dieu et qu’ils pérennisent le culte des ancêtres.

- Celle d’être témoins vivants et spirituels en tant qu’homme et femme afin que, devenant mari et femme, ils puissent partager les mêmes responsabilités dans leur vie commune.

- Celle d’être mari et femme. Bien que les Hindous adoptent le système patriarcal, ils peuvent aussi opter pour le système matriarcal. On l’appelle le Nyentana lorsque la mariée suit la famille du mari. La femme devient alors chef de famille.

 



L'hindouisme de Bali est très différent de celui de l’Inde.

A Bali, le culte est teinté d’animisme.

En dehors de la trinité regroupant Vishnu, Shiva, et Brahmâ, les Balinais adorent diverses divinités des montagnes, de la mer et des rivières, des dieux propres à chaque village, chaque maison.

L’île et la mer sont peuplées d’êtres surnaturels, esprits ou démons. Le système des castes n'a pas la rigidité de celui de l'Inde.

Surtout, les Balinais ont spiritualisé toutes les manifestations de la nature et de la vie.

Chaque geste, chaque événement de la famille ou du village a une importance magique ou religieuse, marquée par une cérémonie.


 

le rituel de Tutug Kambuhan, Tutug Sambutan et le rituel de Memetik

*
Le rituel de Tutug Kambuhan est un rituel sacré pour purifier les parents. La purification du bébé a lieu dans la cuisine, autour du puits et du temple familial.

* Le rituel de Tutug Sambutan s’effectue le 105è jour de la naissance du bébé et Mepetik est un rituel sacré pour l’âme et le corps en vue de purifier le bébé.

 

 

Le jour du rituel on lui donne son nom et on lui offre des bijoux tels que boucles d’oreilles, bracelet, collier.

 

Il existe aussi le rituel du percement des oreilles et de celui de la coupe des cheveux. Les cheveux poussant sur le sommet du crâne sont conservés jusqu’à son premier anniversaire.

 

Nous ne repartirons que vers 14 h. Les mariés partiront un peu plus tard pour le village de la mariée du côté de Klungkung.

Mes vêtements ont faits "fureur" ! Je veux dire que plusieurs personnes ont eu l'air touché que j'ai cherché à me mettre au diapason.

Il se pourrait bien que nous ayons été invités à cause de ma manie de prendre des photos !

Les pêcheurs l'ont repérée et ont pensé que cela serait un beau cadeau pour les mariés ! Que les photos que je prendrais seraient mieux que celles prises par un de leur appareil !

J'ai donc maintenant la "lourde tâche"  de proposer de jolies photos aux mariés !

Hors nous étions, à l'ombre,  à l'abri sous une tonnelle de feuillages, j'ai souvent été dans l'ombre ou à contre-jour ou avec des taches de lumière..!!! Je ne voulais pas mettre de flash pour ne pas gêner ....J'ignorais mon statut officiel !!!

Et moi qui croyais faire un reportage tout à fait personnel sur un mariage balinais !!!

Je vais découvrir les joies de graver un CD afin de leur fournir quelques photos avant notre retour en France ! 

Je trouve que l'écran de l'epc est  un peu juste pour me rendre compte de la justesse et de la qualité des photos...! Comme diraient certains..."ça va faire !!"  Mais je vais chercher à faire au mieux !

 

                                           

 


Publié à 01:03, le 13/09/2010, dans Bali, Padangbai
Mots clefs : Histoire et CultureRituels BalinaisplagemototransportsMariage
.. Lien


De Padang Bai à Klungkung -Les Puputans ou combats jusqu'à la mort

 

Padang Bai, C'est la plage de Pantai Kecil et ses quelques "warung" que j'ai appelés, dans un article, "le chaudron de Sorcières".

Aujourd'hui, nous partons en moto pour Klungkung. Une cérémonie nous arrête à Goah Lava.

Sur la plage, un autel est utilisé pour sanctifier l'âme d'un défunt après une crémation ou un enterrement. C’est un passage obligé avant d’aller au temple mère, Pura Besakih.

Des jeunes  récupèrent dans l'eau, certaines des offrandes comme les poules, les canards et les oranges. C'est une aubaine pour eux.

Le marché de Klungkung est très différent de celui que nous avons vu à Ubud.

Il semble d'abord moins touristique.... Il est réputé pour ses tissus, ses objets tressés en rafia et les objets nécessaires pour les cérémonies.

La première chose que nous voyons en arrivant, à un carrefour, c'est la statue du Puputan.

Ensuite, nous rentrons dans le "Taman Gili"  (Jardin des îles)  qui abrite le Balé Kambang (Pavillon flottant) et le Kerta Gosa.

Les toits de ces deux batiments, à l'intérieur, sont peints et ressemblent à des bandes dessinées.

 

"Taman Gili"

Le plafond peint du Kerta Gosa a  subi les affres du temps et de la nature.

Détruit partiellement par l’éruption de Gunung Batur en 1917, il fut repeint par le grand artiste Pan Seken en 1930 dans le style kamasan.

Puis son fils, Pan Semaris, a achevé l’œuvre de son père en restaurant la totalité des panneaux en 1960.

Malheureusement, un certain nombre de ces panneaux ont été peints avec de la peinture acrylique et le résultat jure par la luminosité des couleurs. Les panneaux sont disposés selon neuf niveaux et se lisent par successions d’images comme dans une bande dessinée.

Les premiers parlent de l’histoire du Pancatantra, ou les cinq épisodes de l’histoire de Tantri. Il s’agit, à l’instar du conte des Mille et Une Nuits, d’un conte que Tantri déroule nuit après nuit.

Niveau 2, ce sont les aventures de Bima (le Bima Swarga), l’un des cinq frères Pandawa dans le Mahabharata qui erre dans les mondes souterrains et malfaisants à la recherche de l’âme de ses parents.

Au niveau 4, la recherche de l’amerta (l’eau de la vie) par le Garuda qui pourra ainsi délivrer sa mère Winita et lui-même de l’esclavage.

Le niveau 5 représente les effets et dangers des tremblements de terre qui devaient à cette époque angoisser la population.

Les niveaux 6 et 7 continuent l’histoire de Bima.

Le niveau 8, le Swarga Roh, décrit les douceurs que l’on peut attendre du paradis ou de la libération.

Enfin, le dernier niveau, le Lokapala, représente un lotus entouré des colombes de la délivrance suprême.

Les châtiments encourus par les pécheurs, les amants, les séducteurs, sont dépeints de telle façon que les accusés, en attendant la décision de leur peine, ne pouvaient manquer de lire la longue série de supplices décrite sur les panneaux.


 

 

A côté, nous trouvons le musée Daerah et Semarapura où j'ai trouvé un métier à tisser "double ikat" en plus des kriss et autres objets, mais aussi l'explication de la fabrication du sucre de palme et du sel à Bali.

Il y a également cette grande porte qui dit-on, menait à la cour intérieure du Vieux Palais. Actuellement, elle est toujours honorée et donne lieu à des cérémonies.

Bali était  sur un "chemin" très fréquenté .... Entre l'Europe et l'Extrème Orient... Les envahisseurs s'y sont succédés en bien des occasions.

 

- Le puputan de Badung (1906)

Au 19ème siècle, les Hollandais ont attaqué les rajahs de Badung (Denpasar).

Ils se sont présentés avec leurs femmes, leurs enfants, les nobles, les femmes et les hommes qui faisaient parti du service du roi, habillés en blanc, armés de leur kriss et se sont suicidés plutôt que de combattre.

 

- le Puputan du dewa Agung de Klungkung 1908.

La légende raconte que le roi a pris la tête d'une procession  et qu'il planta son kriss dans le sol, en face des hollandais.. D'après le mythe, le geste devait entrainer la création d'un gouffre où les ennemis se seraient abîmés. 

Les Hollandais tirèrent et les 6 femmes et les membres de la famille royale se suicidèrent sur la dépouille du roi.

Le palais fut détruit par les Hollandais, il n'en reste que des vestiges.

 

 Un diaporama pour raconter en images notre journée !


Padang Bai 2 - Créer diaporama ligne

Publié à 22:10, le 11/09/2010, dans Bali, Klungkung
Mots clefs : Histoire et CultureRituels BalinaisMonuments
.. Lien


Chouchou - Journée dans les rizières avec Dolit

 

 

 

Une journée dans les rizières

Rencontre le matin avec Dolit, qui va être notre guide, autochtone complètement local ! Nous avons échangé tout au long de la journée dans un sabir mélangeant français et anglais.

La partie intéressante de la chose étant que nous nous sommes promenés dans les rizières à des endroits où nous ne serions pas passés de nous-mêmes.

Le paysage est superbe ! Les rizières vertes. Bien entendu, il y a de l'eau partout, avec en toile de fond la forêt luxuriante. Tout cela donnant un camaïeu de verts omniprésents.

 

 

Les dieux sont partout à Bali !

Tout particulièrement, près de l'eau, des fontaines, des robinets d'eau.

Ici au milieu des Rizières, offrandes pour une meilleure récolte

Dolit nous a fourni en cours de route tout un tas d'explications concernant la culture du riz, le partage des eaux, par parcelle, par famille (L'eau venant à débit important du lac Batur), les différentes espèces d'arbres, de libellules.

.Et puis, un commentaire sur les « épouvantails » qui sont en fait, des monuments votifs aux Divinités tutélaires.

En cours de route, nous avons croisé 2 serpents (longs + 1,5 m) qui ne seraient pas venimeux. Les venimeux sont verts parait-il !

Ce qui m'a surpris c'est le nombre d'insectes, ou d'animaux que nous avons pu voir ou entendre dans la rizière.

On a même eu droit à la pêche à l'anguille, petite certes mais anguille et à la main S.V.P. ! J'ai pu tester qu'une anguille c'était très glissant !

Le terrain est beaucoup moins facile qu'il n'y paraît ! Le chemin est très étroit, les marches sont assez abruptes et hautes et pour couronner le tout humidité oblige, glissantes à ravir !... Bien entendu, je n'avais pas mes skis !

A midi, nous sommes arrivés chez notre guide qui devint notre hôte où nous attendais un bon nasi goreng, arrosé d'une tasse de thé + au délice... ! Un café balinais !

Après ce réconfort corporel, passage aux exercices de peinture (Dolit étant peintre). J'ai eu droit à mon esquisse, à « encre de Chine » non pas suivant le pointillé, mais suivant la ligne. Il faut ensuite délaver le trait fait à l'encre, tout ceci fait avec 2 pinceaux différents.

Ensuite, il a fallu « habiller » la danseuse, Dolit a esquissé au crayon noir, a taillé un petit morceau de bois, a fabriqué l'encre (comme en Chine) et j'ai du repasser ces fioritures ! Eh bien, moi c'est le VTT mon truc, inutile de parler du résultat ! Enfin vous pourrez constater de visu, j'ai conservé l'esquisse !

On pourra même comparer car nous avons acheter des vrais dessins..... D'ailleurs, non, on ne comparera pas ! Ma modestie en « souffrirait » !

Après tous ces efforts artistiques et intellectuels, en route (en voiture cette fois ci) pour les rizières en plateaux, où nous avons retrouvé la civilisation ….Ouf.... Merci les Japonais et les vendeurs de toutes sortes !

Après direction, un »jardin botanique » où nous avons dégusté toute une rafale de thés, cafés et de cacao qui pousse sur la plantation, Ceci à l'abri d'une pluie battante !

A la sortie passage par la case « Magasin » mais nous nous sommes laissés faire de bon coeur !

Retour à la « maison » ; Retour intéressant en soi, rien que par les routes Balinaises....

Quelques explications à ce propos : Routes étroites, probablement du fait que les voitures étaient moins importantes lors de leurs constructions, tortueuses, et cerise sur le gâteau escarpées à grimper aux murs !

Heureusement, je ne tenais pas le volant et la vitesse moyenne est de 30 km / heure. Tout le monde partage la route de façon harmonieuse, même les chiens qui ont tendance à la prendre pour eux !

Il faut dire que la vie Balinaise est faite sur l'harmonie et donc le respect de l'autre. Tout se passe dans une ambiance bon enfant y compris, quelques croisements acrobatiques !

 

Nous nous sommes séparés à regret de Dolit, grâce à qui nous avons eu une merveilleuse journée ; et en plus bien remplie !

Tchao les bloggonautes.... A bientôt si Vous et Catherine insistez suffisamment !

 

 

 


Publié à 01:35, le 8/09/2010, dans Chouchou, Ubud
Mots clefs : DolitRituels Balinaisservicesrizierestableautrekking
.. Lien


Babi Guling et cérémonie

 

Il y a longtemps que je n'avais pas fermé la lumière à 21 h !!! J'étais vannée !

 


Ce matin petit déj sur notre terrasse ! Notre hôtesse Made, est en train de disposer les offrandes journalières aux esprits et divers Dieux. Notre terrasse est la jumelle de celle ci !

Nous essayons d'organiser le reste de notre séjour.

Finalement, nous allons rester à Bali. Nous irons à Lombok lorsque nous ferons le tour du monde.

Déjeuner au Warung Babi Guling, Tegal Sari 2. Cela rappellera des souvenirs à certains ! (Cochon roti)

Nasi Babi Guling special et Naging Babi Guling + grande bière = 100 000RM

 

 

 

 

Ensuite petit tour au marché, je voudrais trouver quelques chemises. J'ai trouvé le marché de denrées périssables, nous pourrons y aller demain.

Il y avait une cérémonie à côté.

 


Jeune musicien

Nous sommes présentement au "Nomad" ...Notre repaire ! Wifi + café balinais ou bière !



Nous dinons  au même endroit qu'hier.  Très Sympa...

Oka's Warung, au début de Kajeng Jelan. il y a aussi des chambres dans le compound.

Le  temple près de chez Made et Ketut célèbre son anniversaire,  30 ans et il y a  une cérémonie.

 

Hébergeur d'images


Danseurs de Bari

Le bari est une danse martiale : Les danseurs sont munis d’une lance et d’un kriss et simulent une bataille.

L’apprentissage est long et difficile.. la danse demande technique et rapidité. C’est pourquoi un danseur est à son meilleur niveau entre 15 et 16 ans.

La tiare est en rotin, en tissu blanc et des petits ressorts où sont accrochés des pétales de nacre.

En général, caché derrière le rideau le danseur fait une entrée brusque pour provoquer un effet théatral.

 

Danses traditionnelles Balinaises

 




 


Danse de "Topeng" (Masques)  =  la Commedia dell'Arte balinaise

Les masques pleins (toujours muets) :

Le Dalem : C'est le caractère du roi. il est muet... Masque blanc et lenteur des gestes.


Le Keras (violent - dur) : Ministre violent,  masque plein, coloré, mais visage encore jeune. Il reste muet .

Le Tua (vieux) : Vieux dignitaire de la cour. Muet et danse comme un vieil impotent.


 


2.) Les demi-masques (parlants)

Les Valets : Ils font office de narrateurs et de metteurs en scène. Ils parlent pour les aristocrates muets. 

*

*

Les Bondres : Ce sont les caractères du peuple, ces masques bouffons et caricaturaux peuvent ainsi représenter le bègue, l'hypocondriaque ou la coquette ridicule. Lorsque les Bondres caricaturent une personne de l'assistance ils font entrer dans l'histoire l'actualité locale. Ils sont souvent sermonnés par les valets qui ainsi instruisent le public.

La cérémonie se termine par une bénédiction, aujourd'hui sous la pluie !


 

 

Tout le monde repart avec ses offrandes : Les Dieux ont profité de leurs Essences, les Vivants vont les consommer !

 

 

 

 

 


Publié à 16:49, le 4/09/2010, dans Bali, Ubud
Mots clefs : dansesmasquesRituels Balinaisrestaurantreligions
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }
Un an d'eau pour un enfant

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Australie
Bahrain
Bali
Carnets de route
Chine
Chouchou
Geographie
Malaisie
Oman
Preparation Voyage 2011 2012
Preparations
Qatar
:

Sites favoris

2009 - 3 mois en Asie
A vélo - Chariotte et Cariolette
Flore
Photo
Misha
Myriam et Luc
Météo
Voyage Lauren
La Corée du Sud
Epices
2011 -Voyage Océanie Asie
Fin 2013 en Asie
Aquarelle - Jean Chevallier
2016 - Israël et voyages suivants

Amis

papyjp
misha
manue
clementblain
myriametluc
cathencorse

Newsletter

Saisissez votre adresse email


Click for Melbourne, Victoria Forecast